Obtenir des visites grâce au Knowledge Graph de Google

Obtenir des visites grâce au Knowledge Graph de Google
1 5

Quand Google à présenté le Knowledge Graph le 16 Mai 2012, l’information à été très médiatisée. Selon les articles de journaux de l’époque, avec ce projet, Google à fait un pas vers l’intelligeance artificielle et est devenu un millier de fois plus intelligent.

Même si le Knowledge Graph de Google existe depuis près de 2 ans, très peu de référenceurs connaissent et comprennent l’enjeu de la Knowledge Graph Optimisation (KGO).

Etant donné que Google deviens de plus en plus intelligent, le webmaster se doit de l’être encore plus. Non pas pour tromper le Knowledge Graph mais pour comprendre comment il fourni des informations à ses utilisateurs.

Le but de Google est d’offrir aux internautes un maximum d’informations dans un laps de temps le plus court possible.Votre but en tant que Référenceur ou Marketeur est le même: donner aux utilisateurs ce qu’ils recherchent. En faisant en sorte que ces réultats soient vos sites bien sûr.

Voilà pourquoi il faut faire en sorte d’optimiser votre présence internet pour le Knowledge Graph.

Mais avant de commencer, voici une définition de ce qu’est le Knowledge Graph.

 Knowledge Graph, la définition

Pour Google, le Knowledge Graph est un moyen d’informer et de répondre aux questions des internautes le plus directement possible.

La manière la plus simple pour comprendre ce qu’est le Knowledge graph c’est de chercher « Qu’est ce que le Knowledge Graph ? » dans Google. Le tout premier résultat que vous pourrez voir dans une boite légèrement grisée et en lettres noires est la réponse du Knowledge Graph à votre question.

Google

Pour être plus précis, le Knowledge Graph prend en compte des personnes, des lieux et des objets (materiels ou immateriels) et la façon dont elles sont interconnectées.

Voir le Knowledge Graph en action permet de mieux comprendre son fonctionnement. Vous retrouverez ci-dessous quelques exemples.

Si vous recherchez « famous actors » dans les SERPs (sur Google.com ), alors le carousel de photos en dessus de page est le résultat proposé par le Knowledge Graph.

acteurs

Pour la requête “Colorado Rockies” (voir ci-dessous) la SERP
est quasiment recouverte par le Knowledge Graph.

Knowledge graph acteurs
Si vous recherchez “best sandwich shop in San Francisco” sur Google.com vous verrez une nouvel fois un carousel apparaître suivi d’une carte. Tout deux issus du Knowledge Graph ( KG ).

Knowledge graph restaurant

Les résultats du Knowledge Graph concernant des personnalités dépendent de la manière dont est phrasée la question. Par exemple si vous tapez « Who is the CEO of Google? » Voilà sur quoi vous devriez tomber.

boss
Mais si j’avais tapé « Who is Larry Page », je serais tombé sur la page et le Knowledge Graph suivant:

page
Le Knowledge Graph de Google offre des résultats personnalisés qui prennent en compte la géolocalisation et les informations entrées sur votre profil Google+ . Voici un exemple d’une donnée personnalisée que le Knowledge Graph est allé chercher.

Comment le Knowledge Graph fonctionne-il ?

Derrière son déguisement, le Knowledge Graph est un algorithme fascinant que je vais vous détailler ci-dessous.

  • Recherche sémantique – pour comprendre le fonctionnement du  knowledge graph il faut savoir qu’il à pour socle la recherche sémantique. Le KG prend en compte plusieurs types d’informations lors d’une requête  (les variations de mots, les synonymes, la géolocalisation, les IP, et le contexte de la recherche ) afin de livrer des informations plus précises à l’internaute. Plusieurs des derniers algorithmes de Google avaient d’ailleurs pour but de raffiner la recherche sémantique.
  • Désambiguïsation et indexation d’entités –  Le Knowledge Graph est une tentative gigantesque à cataloguer toute chose (nom, objet ou entité)  et la connecter à toutes les autres choses.  Ces « Choses » sont apellées entités en jargon technique. La création d’une « carte » qui regroupe toutes les entités est ce que l’on appelle Entity Recognition and Disambiguation en anglais (et Détermination et Désambiguïsation  en français). Comme nous le verrons ci-dessous, comprendre l’enjeu des entités est une clef de la réussite de son KGO.
  • Comportement des internautes – Le Knowledge Graph repose dans sa quasi-totalité sur le comportement des internautes. Quand nous avions tapé la requête « Qu’est ce que le Knowledge Graph ?  » la SERP affiche des résultats qui proviennent non pas de Google mais de Wikipedia. ça montre que Google apporte une préférence aux pages de Wikipedia plutôt qu’aux siennes, sachant que Wikipedia est souvent l’une des premières destinations de l’internaute en quête d’information. Certaines études ont démontré que Wikipedia était le premier site en terme de traffic, de requêtes et de CTR à répondre aux questions des internautes.

Maintenant que le terme Knowledge Graph est défini et que vous savez comment il fonctionne, il est temps de comprendre comment obtenir des visites grâce au Knowledge Graph de Google .

Utiliser des mots-clefs

Comme tout le monde le sait, l’utilisation de mots-clefs est primordiale. En voici une des raisons: le KG à un système de reconnaissance et désambiguïsation des entités. Vos mots-clefs sont considérés comme des entités. Le système à pour but de reconnaître une entité pour ensuite pouvoir la relier aux millions d’autres entités de la base de donnée.

Sans l’utilisation des mots-clefs, Google aurait sans doute des difficultés à connecter les pages de votre site avec des requêtes spécifiques.

Utiliser les schema metadata autant que possible

L’utilisation des schema metadata est la manière la plus rapide et efficace d‘obtenir sa boîte dans les SERPs. On sait déjà que 36% des sites internets ont au moins un snippet de metadata. Et on peut deviner sans avoir à trop y réfléchir que le schema metadata à un effet positif sur le référencement d’un site internet. Il est donc intéressant d’en mettre autant que possible sur son site.

Vous pouvez entrer des informations en Schema pour des centaines d’entités sur votre site. Etant donné que le Knowledge Graph dépend principalement des métadonnées pour apporter des résultats cohérents,  vous devriez les utiliser pour votre site internet.

Vous avez sûrement déjà vus des cas ou le site avait des métadonnées. Pour des films par exemple.

films

De nombreux autres types de schema existent pour apporter des précisions sur votre site internet aux moteurs de recherche.

Vous avez un site de recettes ? Vous pouvez utiliser les métadonnées de Schema afin de préciser la technique de cuisson, le type de cuisine, le temps que ça prend à préparer le plat. et les ingrédients utilisés.

recette

Peut être que Google ne mettra pas en avant votre site à chaque fois qu’il utilise un type de métadata, mais certaines informations seront très bien reçues et permettrons de gagner quelques places dans les SERPs. Et vu que la recherche sémantique et les métadonnées vont être de plus en plus vitales à l’évolution de Google, plus les métadonnées auront un impact dans le futur. Donc autant s’y mettre le plus vite possible.

Vous remarquerez dans les résultats ci-dessous l’apparition d’informations complémentaires dans la SERP. C’est dû aux informations passées via les métadonnées qui sont ensuite interprétées par le Knowledge Graph et affichées dans la SERP. Fondamentalement, Google sait déjà que ces sites sont des sites de recettes sans avoir besoin de métadonnées. Mais grâce au knowledge graph, vous pourrez voir apparaître des informations complémentaires telles que le temps de préparation, la note donnée par les internautes pour la recette, les critiques,

Schema

Ceci n’est qu’un exemple des apports que permettent l’implémentation des métadonnées sur un site. Il y à des centaines d’autres propriétés de Schema que vous pouvez utiliser également. Vous pourrez trouver une variété de codes à ajouter sur le site officiel schema.org.

Google met également a la disposition des internautes un outil qui permet d’intégrer automatiquement et facilement vos schemas sur votre site et un autre outil qui vous permet de tester les métadonnées sur votre site et voir comment elles sont reçues par Google. Ces deux outils devraient vous permettre d’intégrer facilement les métadonnées sur votre site internet.

Si vous êtes sur wordpress, il existe plusieurs plugins qui peuvent faire le travail à votre place. Je vous conseille de regarder du côté du « SEO Social Booster » qui est complémentaire à SEO by Yoast et s’occupe de vos metadatas. Si vous êtes une entreprise, il peut être plus avantageux de s’intéresser à un plugin tel que l’organization schema widget qui est simple et efficace. Une autre alternative en termes de Schema est le Schema Creator by Raven.

 Optimisez vos pages Google +

Le knowledge graph tire une bonne partie de ses informations directement de Google+. Les entreprises et organisations  qui ont une page Google+ optimisée sont donc avantagées en terme de KGO. Opimiser sa page Google+ c’est optimiser pour le Knowledge Graph.

Voici un exemple. Disons que vous êtes aux Etats Unis et que vous cherchez un endroit où manger à San Jose en Californie, tout naturellement, votre requête sera la suivante « eatery in San Jose ». Le carrousel de que vous pourrez voir en haut de votre écran propulsé par le Knowledge Graph vous proposera des critiques, avis et photos des différents établissements disponibles. Toutes ces informations proviennent directement des pages Google+ des restaurants.

entreprise

Quand on clique sur une entreprise sur le carrousel, comme par exemple Flames Eatery, la requête change automatiquement dans Google (cf: barre de recherche), et la SERP à maintenant encore plus de données provenant de Google+ qu’auparavant dans ses résultats. Si vous êtes connecté à votre compte Google+, alors en effectuant votre recherche, vous pourrez « suivre » ce restaurant en l’ajoutant dans vos cercles Google+ ou vous pourrez écrire une critique sur leur page entreprise.

SERP

Google+ vous autorise à mentionner les horaires d’ouvertures de votre entreprise,votre adresse, votre site internet et d’autres informations importants pour le client potentiel. Les internautes pourront voir ses informations dans les SERPs grâce au Knowledge Graph.

 Inviter vos clients à donner leur opinion

L’un des critères les plus importants en en terme de KGO est le nombre de critiques de la part des clients sur la page Google+ d’une entreprise. Vous remarquerez que les opinions déposés par les clients sont les données qui apparaissent le plus souvent avec le Knowledge Graph.  Google utilise les opinions des clients pour décider des entreprises qui apparaîtrons sur sa carte et dans ses résultats (SERPs). Voici comment les avis des internautes influent sur votre apparition sur Google maps.

Google maps

Les commentaires des internautes qui sont complets en terme de contenu et de détails sont le plus souvent mis en avant par Google.

Les techniques pour attirer les commentaires de la part des internautes n’est pas le sujet de cet article. Mais gardez en tête qu’ils ont un impact sur votre référencement et sur le Knowledge Graph.

 Utiliser « same As » de la freebase

La Freebase (base libre si on traduit mot à mot) est une base de donnée qui donne à chaque entité un identifiant (appelé MID). Chaque petit objet à sûrement déjà un identifiant dans la Freebase.

freebase

En acquérant Metaweb en 2010, Google à également acheté la Freebase qui va avec. Même si la Freebase à toujours une licence Creative Commons, ses données sont complètements fusionnées avec la base de donnée du Knowledge Graph de Google. En conséquence, connecter l’entité qu’est votre marque  avec labase de donnée de la Freebase est un moyen de mettre en relation métadonnées et données issues de la Freebase. Cela permet d’aider à la désambiguïsation de son entité afin d’optimiser ses chancesde faire partie des résultats mis en valeurs par le KG.

La propriété sameAs est l’une des manières ou cette interaction peut être mise en place. Elles est décrite par  AJ Kohns comme étant un « canonical d’identité ». Ajouter le itemprop= »sameAs » va directement éclaircir les choses pour Google lui permettant d’afficher votre site dans le knowledge graph sans hésitation.

Si votre personne, objet ou entreprise ne fait pas parties de la base de donnée de la Freebase, vous pouvez l’ajouter facilement.

sameAs

 Aidez Wikipedia

L’une des sources apparentes pour le Knowledge Graph est Wikipedia. Vous pouvez aider Wikipedia  en contribuant à apporter des informations utiles, qui proviennent de sources sûres et qui détaillent bien et précisément le sujet. Wikipedia ne sert pas en terme de référencement ou de KGO, mais plus en tant que source de données pour le Knowledge Graph. Wikipedia est important pour une présence accrue sur le web.

Aidez Google

Vous pouvez enfin aider Google à raffiner ses résultats en tant que Knowledge Graph en les qualifiant de « inutile », « utile » et « très utile ». Cette technique est sûrement celle qui influe le moins sur les résultats mais je voulais au moins la mentionner en fin d’article.

Voilà comment vous pouvez dire à Google ce que vous pensez.

Vous remarquerez qu’en bas des boîtes du Knowledge Graph, vous retrouverez généralement le mot « feedback ». Vous pouvez cliquer sur le mot et dire à Google ce que vous pensez de ce résultat du KG.

feedback

Il peut vous arriver de tomber sur un pop up de Google vous demandant votre avis:

pop up

Personnellement je suis assez sceptique sur l’utilité et l’effet qu’aura ma réponse sur l’algorithme de Google. Mais bon, si je peux aider Google à être plus précis, alors pourquoi pas.

Conclusion

La KGO est donc un ensemble de techniques basées sur les rapports des clients avec l’entreprise. Le cœur du KGO est d’offrir un maximum d’informations aux utilisateurs et aux moteurs de recherches. Avoir Recours au KGO permet d’accroître sa visibilité de manière significative sur le net et notamment dans les SERPS.

Que savez vous d’autre sur le KG ? N’hésitez pas à répondre en commentaire et à partager l’article.

 inscrivez vous à nôtre newsletter

Source: Quicksprout

 

Si vous avez aimé
cet article, pensez à liker

Suivez nous sur Twitter

Ecrit parAmaury Baot

Je suis consultant référencement / inbound marketing. Je cherche un stage en tant que consultant en stratégie digitale. Contactez moi : amaurybaot [@] hotmail.com .

J'ai un stage en stratégie digitale pour toi Amaury

8 Commentaires

Leave a Reply
  1. En effet avec KGO il est de plus en plus difficile de référencer un site sur toutes les régions de France et de Navarre ;)
    Sauf peut-être pour les requêtes SEO où elles sont en requêtes strictes comme en large…
    On aide Google à tout point de vue ! Avec les Rich Snippet, l’oprimisation des pages que l’on veut faire monter localement avec les différentes TITLE. Le moteur évolue mais il est depuis peu thématisé et il y a encore quelques années il était encore brut de fonderie.
    Oui il faut évoluer et ne plus prendre les internautes pour des idiots ;)
    Merci pour ton article :D

  2. Salut, quel sacré article qui explique extrêmement clairement tout ce dont on a besoin de savoir à propos de ce KG.
    Par l’occasion j’en ai même appris, bravo continue, çà me plait.

  3. Merci pour l’article, il est très complet.

    Les knowledge graph sont encore peu utilisé par les éditeurs, ça risque de s’intensifier les prochaines années.

    Je partage l’article sur Google +

    Yvan

  4. Super, merci pour ce tour d’horizon des tips pour tenter de se retrouver sur le KG..

  5. Bonjour,

    Plus on rentre dans le moule de Google, plus on a de chances d’être bien considéré et donc de figurer en bonne position dans son algorithme, mais encore faut-il savoir comment faire.
    C’est bien de citer des applications ou autres extensions, mais as-tu pensé à faire des tutoriels pour l’utilisation/le paramétrage de ces outils?
    Ça pourrait te faire un bon sujet d’article, tu ne crois pas?
    Et crois-en mon expérience personnelle, ça ne peut qu’être très bénéfique pour toi.

    Amicalement,

    Bruno

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *